Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 184 le Lun 11 Sep 2017 - 11:07
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.


    Adieu, Adieu, O Bel-Abbés lieu vénéré de nos aïeux

    Aller en bas

    Adieu, Adieu, O Bel-Abbés lieu vénéré de nos aïeux  Empty Adieu, Adieu, O Bel-Abbés lieu vénéré de nos aïeux

    Message par Admin le Sam 9 Juil 2016 - 14:20

    Ephéméride de juillet:

    Adieu, Adieu, O Bel-Abbés lieu vénéré de nos aïeux  Ob_53310
     
    Après 120 ans de présence, en juillet 1962, les légionnaires s’apprêtaient à quitter Sidi-Bel-Abbès à jamais. Avec une noble et martiale attitude qui les caractérise, ils tournaient à jamais le dos à leur terre de prédilection l’Algérie, sans un regard en arrière, les yeux fixés devant eux en chantant et en immortalisant la chanson d’Edith Piaf: “Non, rien de rien, je ne regrette rien!...”
    Après l’octroi de l’indépendance, il y avait le défilé de la victoire des troupes que le FNL avait pu rameuter dans les environs. Ce jour là, les grilles du quartier Viénot étaient fermées, la sentinelle se tenait à l’intérieur, tous les légionnaires travaillaient.
    Des heures et des heures, étaient passées et repassées les représentants du FLN devant les grilles en espérant que les légionnaires auraient assisté à cette démonstration de force.
    Le 24 octobre 1962, les sept cents derniers légionnaires du 1er Etranger ont fait leurs adieux au quartier Viénot. Au musée, était accroché un grand drapeau pris aux pavillons noirs à Tuyen Quang en 1885 en Indochine. Ce trophée de guerre, le donateur, le capitaine de Borelli, auteur du poème: “A mes hommes qui sont morts” avait spécifié: “ce trophée ne devra jamais quitter Bel-Abbés, si la Légion part, il faudra le brûler ! “
    La Légion garde pour elle ses sentiments, elle s’interdit de juger, d’apprécier… les nécessités politiques. Le destin offrait une cérémonie, une étrange liturgie: l’incinération d’un drapeau chinois. Ainsi ce soir là, sept cents hommes immobiles regardaient brûler une petit tas de soie, dans un silence absolu. Quand la dernière lueur s’éteignit, sept cents torches s’allumèrent… L’instant était solennel et surgissait du passé. tout un symbole diraient certains...
    CM
    Admin
    Admin
    Admin
    Admin

    PSEUDO : RAFFALLI CALVI
    PAYS : FRANCE / CORSE
    Masculin Age : 73

    http://www.legion-etrangere-recrute.com

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum